Un Oeil, Une Oreille

Un Oeil, Une Oreille

A peine trois semaines passées à Phnom Penh, et déjà nous devions repartir. Sitôt arrivés en France ce fut le temps de la reprise de Sa Majesté Croûte de Riz à Portets, puis d’un autre projet, et enfin d’Oubliée à Alicante.

Photo : Victor Ferreira

A Alicante, nous sommes accueillis par le Lycée Français et intégrés à la programmation du Festival de marionnettes de la ville. 13h de trajet en camion, puis un montage du décor très stressant le lendemain matin, car impossible de trouver une place avec le camion, enfin 3h d’ateliers avec des CE2 et des lycéens. Nous avons profité du lendemain pour voir deux spectacles et apprécier la douceur de vie espagnole en compagnie de nos hôtes et nous sommes repartis!

Photo : Victor Ferreira

A peine le temps de reprendre son souffle. Il aura fallu un incendie dans notre système d’aération, enfin dans le système d’aération de notre camion, bref une panne de camion au retour d’Alicante pour enfin prendre un peu de repos et surtout le temps du recul sur nos expériences phnom penhoises.

Nous voici donc bloqués à Alicante, en Espagne, à quelques degrés de thermomètre au-dessus de nos habitudes. La chaleur suffisante pour se poser et se mettre à réfléchir.

Le temps a filé depuis Phnom Penh. Qu’avons nous fait là-bas? Tenter d’arrêter le temps justement, autour d’une recherche. Deux êtres que nous avons imaginés, puis découpés dans le papier, le cuir, puis déformés, puis remaniés, puis de nouveau démembrés et recomposés.

C’est à Phnom Penh que nous avons voulu donner vie à Un Oeil et Une Oreille. Cette histoire de jumeaux, je l’ai imaginée spécialement pour créer la rencontre entre notre univers et celui de Kok Thlok. Nous avons débarqué à trois : la FFF, c’est-à-dire Fred, Fanny, et moi. Avec une ambition visuelle forte à éprouver, que je croyais mienne mais que Frédéric a rendu à César, à savoir Deth le créateur de Kok Thlok. Cette ambition, c’est de créer des marionnettes d’ombres susceptibles d’exister en trois dimensions devant un écran.

Nous sommes donc arrivés avec nos envies de papier dans l’univers de cuir d’Hoeun. Nous avons beaucoup cherché sous l’oeil incrédule mais intéressé de plusieurs membres de la troupe de Kok Thlok, nous avons réfléchi avec Komphéak sur le place du texte s’il doit y en avoir dans ce spectacle.

Et surtout nous avons créé et développé de la matière à travers :

  • les visages, les corps des marionnettes, leur façon de se mouvoir, d’être manipulés.
  • la conception d’un espace de jeu, de matières visuelles à développer.
  • une matière textuelle
  • donner à voir le résultat de nos recherches à nos amis cambodgiens et particulièrement ceux que nous voudrions embarquer dans cette aventure avec nous.

Car notre ambition ne se limite pas à l’aspect visuel, elle englobe aussi la volonté de créer une équipe jumelle franco-cambodgienne. Pour la manipulation d’Un Oeil, Frédéric et Kuba, pour celle d’Un Oreille, les chanteuses Kalima et Malis, et pour l’aspect musical, les percussionnistes Ka et Luc. On se prend à imaginer ce spectacle pouvant être joué à la fois en France et au Cambodge.

Un projet d’autant plus difficile à monter financièrement. Mais que notre volonté de créer le lien entre ces deux compagnies va soutenir pendant les quelques mois à venir.

Fanny, Fred et moi sommes repartis de Phnom Penh avec une satisfaction (les marionnettes d’ombres qui existent devant et derrière un écran, ça marche!) et l’envie de continuer à développer cette recherche. La prochaine étape pour nous consiste en une présentation de matériaux lors du festival Méli-Mélo le 6 février prochain à Cestas. On vous le rappellera dans la semaine précédente, et nous vous inviterons à venir échanger autour de cet univers en construction. Et puis nous mettrons en ligne prochainement la vidéo du résultat de notre travail à Phnom Penh.

Pour l’heure, nous allons fermer cette agréable parenthèse espagnole en remerciant ceux qui nous ont accueillis dans ce Festival de marionnettes d’Alicante et recueillis après l’accident de camion, à savoir Luis, Cathy et Victor. Hasta luego!

PS : Photos prises à Alicante par Victor Ferreira dont on vous recommande le site : www.victorferreira.fr

2 Comments

  1. Oh, oui ! La vidéo, la vidéo ! Ces images donnent envient d’en voir plus ;-)

  2. Oh, oh ! Elles donnent envie donc !

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.