Les 12 travaux de Charleville

Les 12 travaux de Charleville

Opportunités de dernière minute, ambition folle et volonté de rentabiliser le voyage nous ont conduits à développer des capacités surhumaines, héroïques, allons-y franchement, dignes de demi-dieux. C’est donc sans complexe que nous nous comparons à Hercule et ses célèbres 12 travaux dans notre équipée ardennaise. Car le nombre 12 a marqué notre semaine : 12 représentations en 5 jours, de 2 spectacles et dans 7 lieux différents… Que les dieux du théâtre nous protègent !

Le premier jour a été marqué par un trajet héroïque de 12 heures de St Pierre d’Aurillac à Charleville-Mézières dans camion surchargé. A son bord : Kalima, Simon, son cousin Constant et Fabien, notre chargé de diffusion. Tandis que Fred et moi prenions lâchement le train (6 heures). Petit prise de contact avec le festival au Puppet bar, où on croise Sophie, qui programme la Fortune de Jeanne à Canéjan, et la compagnie Mouka, autrement rebaptisée les Moukettes, qui présentent leur fabuleux spectacle Rouge Chaperon pour la deuxième fois consécutive au Festival off. Après une plâtrée indigeste de patates, nous partons découvrir l’endroit où nous sommes hébergés, à une demie-heure du centre-ville, où nos hôtes Jacques et Joëlle nous attendent.

Je vous épargnerai le détail de ces cinq journées pour appuyer sur les temps forts où les dieux nous ont été plus ou moins favorables.

- Joëlle, ses petits déjeuners et ses tartes : Miam ! Du nectar divin, du carburant impeccable pour bien commencer la journée. Joëlle, toujours prête à nous faire la causette avec son mari Jacques, des retours sur nos 2 spectacles, jusqu’au dîner d’adieu dans un petit resto de Charleville.

- les 2 représentations en extérieur de La Fortune de Jeanne qui nous ont apporté un public chaleureux et quelques programmateurs enthousiastes, malgré des conditions assez rock’n roll. (organisateurs très en retard, circulation non arrêtée)

- le soleil de Charleville qu’on avait tant regretté il y a deux ans et qui nous a suivi toute la semaine!

- les organisateurs du festival Off et le public familial et avisé de ce festival qui promeut une idée forte de l’éducation populaire.

- la journée du jeudi avec sa représentation du matin de La Fortune et ses deux représentations consécutives d’Oubliée le soir. Une reprise assez chaotique pour Oubliée, avec des problèmes de mémoire pour la représentation de 20h30, mais une belle revanche pour celle de 22h, malgré les muscles tendus.

- la fatigue, qui comme un sort qui aurait mal tourné, nous a amenés à puiser dans nos réserves d’énergie divine.

- le puzzle des chargements et déchargements, où s’emmêlaient les accessoires de La Fortune et d’Oubliée. 7 montages et démontages, avec une visseuse en panne. Mais aussi, les renforts bienvenus pour les montages et démontages : Fabien, Constant, et Fanny notre scénographe en fin de semaine. Sans compter la compagnie Mouka qui a hébergé dans son camion une partie de notre décor impossible à transporter dans un seul camion.

- Fabien et son relationnel hors pairs qui a rencontré à tout va des dizaines de programmateurs, même si peu se sont déplacés. Avec souvent la même réponse : « Je ne m’intéresse pas trop à la marionnette traditionnelle ». Quelques regrets donc : ne pas avoir eu plus de professionnels à se déplacer, surtout pour Oubliée qui mérite bien son nom. La Fortune elle aussi porte bien son nom, car elle devrait se produire des dizaines de fois cette année et l’année prochaine.

- 12 représentations, sur l’énergie du moment, avec bonheur et envie, comme 12 travaux que Fred comptabilisait au fur et à mesure sur ses doigts puis sur ses doigts de pied.

Nous sommes donc repartis dimanche matin épuisés mais fiers d’avoir pu présenter nos deux spectacles. Encore une fois j’ai lâchement abandonné mes collègues sur le trajet du retour. Arrivés à 2 h du matin après 15 heures de trajet, Kalima retournait dès le lendemain pour l’école de musique de Créon, Fabien et Fred au bureau.

Bilan haut en couleurs et contrasté pour notre première participation au festival de Charleville-Mézières; nous y avons pris nos marques, et espérons y revenir dans deux ans avec le nouveau spectacle qui murit dans nos coeurs. On vous en parlera prochainement, puisque Fanny, Fred et moi partons dans deux semaines au Cambodge pour préparer cette nouvelle aventure. Nous abandonnerons les divinités grecques pour convoquer l’ombre et la lumière en compagnie de nos amis marionnettistes de Kok Thlok.

Champagne et galette au suc pour fêter ça!

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.