À la rencontre de Jeanne

À la rencontre de Jeanne

Le 7 juillet 2012, à Cotonou, au Bénin, naissait une petite fille. Elle n’avait pas de papa, et sa maman avait tellement de problèmes dans sa tête qu’elle n’avait pas conscience d’avoir accouché. La petite fille n’avait donc pas de parents. Mais elle avait la chance de naître dans un orphelinat sur lequel régnait, en maîtresse femme, la gigantesque Mémé. Mémé a pris la petite fille sous son aile et a veillé sur elle, avec beaucoup d’amour et d’intelligence : la petite fille était fortunée.

Le 11 juillet 2012, une jeune femme de Bordeaux, en France, recevait un coup de téléphone. Depuis plusieurs années, elle s’était lancée toute seule dans la grande, longue et difficile aventure de l’adoption. Parfois, le découragement l’avait envahie, tant la mission semblait impossible. Mais elle avait malgré tout persévéré, avec une volonté de fer. Le 11 juillet, jour de fortune, c’est un avocat qui lui a téléphoné pour lui annoncer la naissance d’une petite fille à Cotonou, au Bénin. Une petite fille « adoptable ». Une petite fille à qui elle pouvait même donner un prénom. Alors, elle a décidé : la petite fille s’appellerait Jeanne. Et la jeune femme était devenue une maman.

Comme si une bonne fée, ou un oiseau de la chance, avait construit un pont entre un orphelinat béninois et un appartement bordelais.

Cette jeune femme, François et moi la connaissons très bien. Nous sommes même très proches d’elle. Nous étions à Jogjakarta lorsque nous avons reçu un mail nous annonçant la bonne nouvelle. Nous en avons eu les larmes aux yeux.

Nous savions déjà que notre prochaine Histoire spectaculaire du Pêcheur et du Chat serait une histoire africaine. Nous allions à Lomé, Togo, situé à 150km à peine de Cotonou, Bénin. Alors, nous avons eu l’idée de construire notre dernière histoire autour de Jeanne, cette petite fille née là-bas, et qui grandirait ici, cette petite fille noire avec une maman blanche. Quel plus beau sujet pour terminer notre aventure de deux ans, qui nous avait amenés à rencontrer l’ailleurs ? François a proposé un titre : ce dernier spectacle s’appellerait La Fortune de Jeanne.

Notre voyage au Togo a été un petit peu comme une enquête. Rejoints par Simon, nous sommes venus chercher la fortune de Jeanne, cette petite fille que nous ne connaissions pas et qui dormait à quelques dizaines de kilomètres de nous. Alors c’est quoi la fortune ? Et la fortune de Jeanne, qu’a-t-elle de particulier ?

Nous avons mis du temps à trouver des réponses à ces questions. Nous les avons trouvées en regardant, en écoutant, en pensant, en discutant, en dansant, en mangeant. Nous les avons trouvées dans la joie, dans l’agacement, dans la colère, dans le rire, dans la fatigue et dans l’émerveillement.

Nous les avons trouvées parce que, dans cette enquête, il y a eu plein de bonnes fées pour nous donner des indices : Yoguebé et son gros rire, Essé et ses bons plats, Mackel, Arianne et leurs « bonsoir », Issifou et ses grandes mains, Simone et son énergie, Romuald et son yoga, Cécile et sa sérénité, Jeannette et sa jolie voix … Il y a eu plein de bonnes fées à Gbalavé, au volant des taxis que nous avons empruntés, à l’hôtel où nous avons dormi et travaillé, dans les bouis-bouis où nous avons mangé et dans les rues que nous avons arpentées. Parmi ces bonnes fées, il y en avait une qui était toujours là : le Bonhomme de Danaye avec ses humeurs et ses rêves, ses taquineries et ses coups de gueules, son imaginaire et ses jeux de mots laids, sa pédagogie improbable et tellement efficace, son boubou rayé, sa casquette rouge et ses expressions à 2 francs CFA.

Toutes ces bonnes fées nous ont guidés vers Jeanne et sa fortune. À chacune d’entre elles je voudrais dire merci. Si je suis heureux de retrouver mon pays ma maison mes amis mes fromages, elles me manqueront ! Elles ont fait de nous des yovos fortunés …

Finalement, nous t’avons trouvée, Jeanne. Nous sommes grimpés dans un taxi direction Cotonou. Nous avons affronté une dernière fois chaleur, poussière, bruits infernaux et pollution. Nous avons retrouvé ta maman toute blanche. Elle nous a guidés jusqu’à ta maison provisoire, le petit orphelinat de la banlieue de Cotonou, où tu as vu le jour il y a 8 mois.

Nous t’avons dorlotée, Jeanne. Nous t’avons papouillée, observée, embrassée, fait pleurer, fait sourire. Nous t’avons chanté des chansons, raconté des tas de trucs, Jeanne. Et puis j’ai regardé ta Mémé, si bienveillante, si protectrice avec toi – et aussi avec ta maman.

Maintenant, je te connais, Jeanne. Je suis heureux de terminer ces deux ans de voyages avec tes jolis yeux. Je t’avoue que j’ai eu un peu envie de pleurer en te quittant. C’est juste parce que je sais que les histoires d’adoption, c’est vachement compliqué. Alors, ta petite tête, je sais que c’est pas demain que je la reverrai. Moi, je serai en France après-demain. Toi, dans quelques mois. Mais d’ici-là, avec Simon et François, je ne vais pas cesser de chanter ta fortune autour de moi. Tous les jours, je vais penser à toi. En attendant avec impatience le jour prochain où je pourrai te dire : « bonne arrivée dans mon pays, Jeanne ! Bonne arrivée dans ton pays ! »

Erratum : le précédent billet, intitulé « Soupirs et soulagement », a été écrit par Simon, et non pas par moi !

5 Comments

  1. La petite Jeanne est tellement mignonne qu’elle a dû ravir la jeune femme de Bordeaux. Son début de vie est triste mais nous lui souhaitons du bonheur pour la suite.
    Aviez-vous connaissance de cette petite fille avant de donner le titre à votre spectacle ?

    Léna et Emma

    • Léna et Emma, merci pour votre message !
      Oui, nous connaissions l’existence de Jeanne avant de choisir le titre du spectacle. C’est Jeanne qui nous a donné envie de raconter son histoire, même si nous ne l’avions alors jamais rencontrée.
      Amicalement,
      Frédéric

  2. Bonjour François et Frédéric,

    Cette histoire nous a beaucoup touchées et nous comprenons que vous ayez les larmes aux yeux !!!!!!!!!!!!!!

    Marine et Morgane

  3. Merci pour ce bel article, et pour le partage, cette petite fille est très belle, quelle aventure!

    à très bientôt.

    k

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.